Sexisme, morale, rôlistes et véritable parité féministe

J’avoue, cet article aurait sa place sur le site internet du jeu de rôle les Chants de Loss, mais comme on va aborder des sujets polémiques, je vais le poster sur mon blog personnel, et simplement le partager. Honnêtement, ce que je vais raconter n’est pas nouveau et soit vous vivez dans une caverne pour ne pas l’avoir remarqué, soit vous faites partie des cons concernés en premier chef et dommage pour vous.

Pourquoi je parle du sexisme en JDR ? Ben parce qu’il y a six mois environ, je quittais un groupe de discussion Facebook célèbre, « Discussions de rôlistes » après une énieme campagne d’attaques de DDOS sur mon blog ici-présent et d’insultes/menaces en message privés de la part de quelques fâcheux membres de ce groupe. La raison de ces sympathiques attentions ? Je suis une nana dans le monde du jeu de rôle, féministe à grande gueule, trans et lesbienne (oui, je cumule) relativement célèbre suite à deux bouquins et un jeu de rôle dont je suis co-auteur, et enfin, pour mes gribouillages dont je tente de vous régaler les yeux régulièrement.

Pourquoi je vous en reparle ? Parce que récemment, dans ce groupe, le sexisme est revenu à grands pas avec son lot de bêtises ce qui m’agace profondément. Je ne m’étalerai pas sur le détail, mais bref, un pauvre gars doit encore se mordre les doigts d’avoir posé une question innocente pour trouver un JDR à sa copine.

Mais il s’avère que ces soucis de sexisme commencent à déraper dans les grandes largeurs jusqu’à une tendance marquée de vouloir moraliser le jeu de rôle dans son ensemble, suivant les pas de la moralisation faux-cul de notre bonne société 2016, entre autres sur le sujet qui fait les joies des amateurs de shitsorm : la nudité ou la tenue des personnages, la prévalence ou pas de personnages féminins dans le contenu du jeu de rôle, leur illustration, et j’en passe.

Bref, c’est comme s’il fallait d’une part effacer l’imagine féminine, et surtout sexy, de produis culturels et la rhabiller, la voiler, la faire disparaitre et d’autre part la virer des espaces visibles de la communauté du jeu de rôle :

« cachez ce sein que je ne saurais voir. Par de pareils objets les âmes sont blessées, Et cela fait venir de coupables pensées. » (Le tartuffe, Molière)

Mais, mes agneaux, si ça vous dérange le bulbe oculaire, pourquoi donc tout en prétendant vous soucier de féminisme, vous ne faites pas haro sur les connards bruyants de votre petit univers qui s’en donnent à cœur-joie le plaisir de discriminer et harceler toute nana qui a le malheur de ne pas leur plaire ? Je ne parle même pas d’ouvrir sa gueule, y’a plus besoin ! Il suffit qu’une question ou un sujet les concernant viennent sur le tapis, et la shitstorm est enclenchée, parfois par les mêmes qui pousseront des cris d’orfraie pour un bonnet D ou un téton dévoilé !

Ce n’est pas une défense du féminisme que vous faites, juste du moralisme de dévot hypocrite. Je dis dévot, mais on n’a même plus besoin de la religion pour être con, désormais ; j’en demande d’avance pardon à ceux de mes connaissances croyantes qui, elles, conservent l’esprit ouvert et progressiste. Ils sont peu nombreux, mais je les chérie. Vous autres, donc je parle, par contre, permettez-moi de vous vomir. Votre combat n’a rien à voir avec le féminisme, comme je le rappelle avec forces exemples sur cet article-là. Non, votre combat, c’est gommer la femme et la faire disparaitre de l’espace publique que vous occupez.

Y compris donc dans le monde du jeu de rôle. C’est vrai que je vous comprends : on vous envahit inéluctablement et votre pré-carré se réduit comme peau de chagrin d’année en année. Vous êtes peu nombreux, alors vous augmentez le bruit, la fureur et la haine. Et le spectateur qui n’est guère au courant regarde cela et laisse faire, sans savoir que ces espaces de discussion et d’échange deviennent parfois des enfers pour tout ce qui ressemble à une nana –j’ose pas faire remarquer que c’est encore pire pour les gays et autres LGBT, c’est l’évidence même : le sexisme n’est que l’avant-garde de la haine de tout ce qui est différent de la norme mâle hétérosexuelle. Quand on crache à la gueule des femmes, on n’a pas de raison de ne pas faire pire sur les pédés.

Dans quelques mois sortira en boutique les Chants de Loss, le jeu de rôle. Univers complexe et uchronique inspiré de la Renaissance mais aussi un peu de l’Inquisition, où l’égalité n’existe pas, où le sexisme est une saloperie qui tombe en permanence sur les femmes, ou l’esclavage sexuelle est carrément une tradition considérée comme un art, où les femmes pour être libres doivent se battre, dans le sens premier du terme. Un jeu avec des illustrations faites de ma mimine, où il y a des nanas peu vêtues ou à poil.

Les romans ont été très bien accueillies mais m’ont valu d’une minorité de connards (et de connasses aussi hein, ne croyez pas que le sexisme et le moralisme sont dans le camp unique des porteurs de testicules) des attaques haineuses, rarement sous forme de commentaires publiques (le courage a ses limites) mais le plus souvent par email, messages privés, ou encore organisation d’attaque de DDOS sur mes blogs.

Je m’attends à pareil quand le jeu va sortir. En pire.

Mais une décision unilatérale a été prise pour le jeu de rôle et son contenu visuel. Nous ne nous censurerons en RIEN ! Vous ne voulez pas voir de nanas peu vêtues ? Ne l’achetez pas. Par contre et parce que c’est la logique même pour nous et qu’il n’y a pas de raisons, nous allons appliquer une règle de parité : chaque personnage dévêtu femelle appelle un équivalent mâle. Une pépée sexy donnera lieu à un bel éphèbe. A une nana en armure se verra répondre un mec en armure, etc. Il y en aura pour tous les gouts, y compris des gays. Mais aussi des moches, des gros, des heureux, des tristes, des parfaits, des malfoutus, des noirs, des jaunes des amérindiens –ha non, pas eux, pour des raisons inhérentes à cet univers, y’en a officiellement aucun, bon, ok.

Bref, dans la mesure du possible, nous appliquerons une parité dont le but est d’offrir pour tout le monde et tous les goûts. Ce n’est pas facile ! Moins que d’habiller toutes les meufs à poil et les effacer. Mais c’est immensément plus généreux, et moins faux-cul !

Maintenant, si vous voulez comprendre vraiment pourquoi ce choix, lisez l’article qui suit :

Le féminisme, by Psychée, en quelques mots

 

Une réflexion au sujet de « Sexisme, morale, rôlistes et véritable parité féministe »

Les commentaires sont fermés.