Héritages, chapitre 4

4- Enlèvement

Helen était nue comme un ver.

Calliopé n’était pas vraiment du matin. Pas avant une douche, une cigarette et un café, pas forcément dans cet ordre-là. Et encore moins après avoir quelque peu abusé de la boisson la veille. Elle regarda donc son amie qui la fixait avec elle aussi une certaine appréhension un certain temps avant que ses neurones ne se mettent en marche et qu’elle comprenne ce qu’elle voyait.

La Roumaine adopta brutalement un rouge pivoine parfait. Mais elle ne pouvait détacher son regard de ce qui la fascinait le plus. Tout le dos d’Helen était tatoué, avec un art prodigieux. Calliopé n’eut aucun mal à reconnaitre un irezumi, un tatouage traditionnel japonais. Il représentait un complexe dragon oriental, qui courait de la base de sa nuque à la descente de ses reins, débordant sur sa cuisse droite. Voir un tel travail en photo était une chose ; l’admirer sur la peau pâle de son amie en était une autre. Elle restait figée, en proie à une fascination hypnotique doublée d’une profonde charge érotique. Elle en oublia le second détail qui l’instant d’avant l’avait tant surprise.

La suite sur Wattpad !

J’ai crée une boutique de tee-shirts et posters sur Redbubble

Tout est dans le titre, mais donc, afin de vous fournir un outil qui vous permettra de commander des posters, goodies divers et variés, et des tee-shirts avec vos illustrations préférées dessus, j’ai crée une boutique Redbubble, que j’enrichis au fur à mesure chaque jour.

anis-tee-shirt

Pour explication, Redbubble est à priori la plateforme la plus efficace dans ce domaine  de vente par correspondance. Elle livre en 10 à 15 jours, les produits sont de qualités, vous pouvez payer en euros par nombre de moyens de transaction, paypal compris. C’est la plateforme qu’on m’a le plus souvent conseillé, et j’en ai cherché pendant un moment. J’espère que les prix ne vont paraitront pas trop élevés, je les trouve assez raisonnables dans l’ensemble. A savoir que je touche 20% du prix de chaque objet.

ripley

Voilà le lien vers tous les articles actuellement. Et le gros avantage, c’est que vous pouvez me contacter pour me demander à mettre en poster,tee-shirt ou goodie une de mes illustrations qui n’y serait pas encore. Techniquement, ça ne pose, sauf exception, aucun souci.

psychee-rb

snow

Pour la Journée internationale pour les droits des femmes.

Bha oui… la journée un peu galvaudée, un peu mal-comprise, jamais bien acceptée, souvent bourrée de clichés  sexistes divers (dont un tiers sont fait par des femmes d’ailleurs, les mecs ; vous en faites pas, on est nous aussi très doués pour être connes avec nous-même), mais, la Journée Internationales pour les Droits des Femmes… et je vous jure que y’a besoin, et un peu partout.

Je m’étais demandé comment souligner cette journée, et j’ai décidé de vous montrer mon idéal féminin. Et pas que le mien. Mon Ange, Alysia Lorétan, partage mon point de vue, si elle devait citer l’avatar de la Femme, ce serait la même actrice, le même personnage, dans le même film, et pour les mêmes raison. Mais inutile de vous la présenter… voici :

ripley-1100

Ca m’a pris une heure environ hier soir. En fait, j’adore Ripley, et je suis une fan de Sigourney Weaver, et de ses modèles de personnages féminin, de la femme qu’elle est, et des femmes qu’elle a incarnés… et certaines ne sont pas tendres !

Mais elle est pour moi l’incarnation de la Guerrière Historique . De ces femmes quelques peu uniques devenues des légendes, prenant les armes et défiant le pouvoir des hommes et des tyrans pour défendre ce qui compte le plus. Et finalement le faire à n’importe quel prix, avec autant de détermination que tout héros de guerre. Mais avec cette nature, incarnée par Ripley… celle qui rappelle que la faiblesse devient une force quand on en forge sa résolution, mais qu’avant tout, c’est cette faiblesse qui rappelle aussi la beauté de notre humanité.

Il y a des millions d’hommes qui ont peur de ce genre d’image. Une mère protégeant une enfant, déterminée, et armée comme un tank. Juste parce que ça leur rappelle qu’une nana peut aussi leur mettre un coup de pied dans les couilles. Mais aussi, et enfin, parce qu’il y a un dernier pouvoir qui, résolu et forgé, devient plus tranchant et solide que toutes les haines : ce qu’on peut faire sans limites par amour.

Et plus que peur des femmes, au point de vouloir les dégrader, les écraser, les dépersonnaliser… ces millions d’hommes on peur de ce sentiment qui peut les terrasser, et qu’on ne contrôle pas : l’amour.

Ruines Anciennes, une illustration pour les Chroniques d’Altarides

En fait, elle fera double usage, en devenant aussi une illustration pour un futur article de l’univers des Chants de Loss, mais avant tout, elle va servir de couverture à un prochain numéro du webmag Les Chroniques d’Altarides.

Et je dois dire que des paysages, je n’en fais pas souvent. Pas trop ma tasse de thé… encore moins traité ainsi, et en speedpainting. Le plus souvent, mes essais ont finis à la corbeille sans jamais les montrer, celui-ci est donc le plus abouti que j’ai réussi à faire, ce qui a pris environ 3h15.

altaride-nature-1100

 

Il y  a assez peu d’étapes, dans la mesure où l’idée est surtout fixée dans la tête, et le reste se fait en truellisant sur le papier au fur à mesure :

alt1

alt2

alt3

alt4

alt5

alt6

alt7

 

Calliopé pour mes 300 fans de ma page Facebook

J’avais promis que si ma page FB « Psychee Art Corner » arrivait à 300 likes, je ferai un nu fétichiste. Forcément ça a motivé du monde pour les voix qui manquaient, et donc chose promis, chose due : c’est donc Calliopé de ma série de roman-feuilletons Héritages.

L’illustration a été traitée et prévue pour pouvoir être employée comme motif sur des posters, goodies et tee-shirts et je vais la placer dans ma boutique Redbubble, dont je vous parlerais plus en détail demain.

J’avais fais voter les gens pour savoir si je faisais une peinture ou une colo sur encrage. Finalement, la colo sur encrage a gagné, mais en fait, j’aurais tout aussi bien pu la peindre vu le travail de couleur dessus. Ce qui arrive de plus en plus souvent, à force d’avoir pris le pli. Et elle m’a demandé environ 4h30 de travail.

calliope-fans-1100

Et quelques étapes, dont la version sans traits :

nude1

nude3

nude5

nude7

A pale blue dot

« Regardez encore ce petit point. C’est ici. C’est notre foyer. C’est nous.

Sur lui se trouvent tous ceux que vous aimez, tous ceux que vous connaissez, tous ceux dont vous avez entendu parler, tous les êtres humains qui aient jamais vécu.

Toute la somme de nos joies et de nos souffrances, des milliers de religions aux convictions assurées, d’idéologies et de doctrines économiques, tous les chasseurs et cueilleurs, tous les héros et tous les lâches, tous les créateurs et destructeurs de civilisations, tous les rois et tous les paysans, tous les jeunes couples d’amoureux, tous les pères et mères, tous les enfants plein d’espoir, les inventeurs et les explorateurs, tous les professeurs de morale, tous les politiciens corrompus, toutes les “superstars”, tous les “guides suprêmes”, tous les saints et pécheurs de l’histoire de notre espèce ont vécu ici, sur ce grain de poussière suspendu dans un rayon de soleil.

La Terre est une toute petite scène dans une vaste arène cosmique.

Songez aux fleuves de sang déversés par tous ces généraux et ces empereurs afin que nimbés de triomphe et de gloire, ils puissent devenir les maîtres temporaires d’une fraction d’un point.

Songez aux cruautés sans fin imposées par les habitants d’un recoin de ce pixel sur d’indistincts habitants d’un autre recoin.

Comme ils peinent à s’entendre, comme ils sont prompts à s’entretuer, comme leurs haines sont ferventes.

Nos postures, notre propre importance imaginée, l’illusion que nous avons quelque position privilégiée dans l’univers, sont mis en question par ce point de lumière pâle.

Notre planète est une infime tache solitaire enveloppée par la grande nuit cosmique.

Dans notre obscurité – dans toute cette immensité – il n’y a aucun signe qu’une aide viendra d’ailleurs nous sauver de nous-mêmes.

La Terre est jusqu’à présent le seul monde connu à abriter la vie. Il n’y a nulle part ailleurs, au moins dans un futur proche, vers où notre espèce pourrait migrer.

Visiter, oui. S’installer, pas encore. Que vous le vouliez ou non, pour le moment c’est sur Terre que nous prenons position.

On a dit que l’astronomie incite à l’humilité et fortifie le caractère. Il n’y a peut être pas de meilleure démonstration de la folie des idées humaines que cette lointaine image de notre monde minuscule.

Pour moi, cela souligne notre responsabilité de cohabiter plus fraternellement les uns avec les autres, et de préserver et chérir le point bleu pâle, la seule maison que nous ayons jamais connue. »

— Carl Sagan, Pale Blue Dot : A Vision of the Human Future in Space

PaleBlueDot

Première d’une série pour tee-shirts et goodies : Anis de Loss

Vala, j’avais prévu cela depuis un moment, et je commence à avoir assez de matériel (enfin… disons je commence…) mais je voulais en produire un peu spécifiquement. Donc là, l’idée est d’adapter cela à des tee-shirts, tasses et autres produits décoratifs et dérivés, et voici le premier.

C’était aussi, allez, un plaisir que de me frotter à une autre peinture numérique dans un temps limité. Bon… ça a pris 13 heures. Mais on va pas chipoter, hein ?

anis-compo1-finale-1100

 

Et la vidéo qui vous montre les étapes de la réalisation :

Le monde de la bédé dévoilé par Gä

Gä (Gaël Denhard), est un auteur de bande dessinée, dessinateur de presse, animateur de blogs, et surtout dessinateur humoristique de grand talent à la carrière prolifique et, comme j’aime à le dire « intéressante, y compris au sens chinois du terme ». J’ai eu le plaisir de faire sa connaissance virtuelle il y a peu, ce qui me touche beaucoup.  Et c’est donc avec son accord, et je l’en remercie, que je vous fais partager aujourd’hui ses strips sur l’envers du décor de ce beau monde de la bande dessinée, qu’il a côtoyé plus intimement que beaucoup d’entre nous.

Et des mythes et légendes risques bien de s’effondrer pour vous à la lecture de ces réalités illustrés avec grand art.

Pour lire, cliquez sur l’image, et ensuite sur le petit lien « suivant »  en haut à droite, ou sur la petite flèche latérale juste à coté.

COMMENT ON FAIT LES BéDés?

ga1

Pourquoi j’ai complètement fait foirer ma carrière de dessinateur de bandes-dessinées

ga2

Comment j’ai complètement fait foirer ma carrière de dessinateur de bédés

ga3

Bon je n’ai toujours pas fini mon article prévu sur les tutoriaux et conseils que je voulais vous inviter à découvrir pour vous lancer un peu dans le dessin et l’illustration, de ceux que j’emploie et révise régulièrement moi-même. Mais ça m’a pris une chouille plus de temps que prévu, je vais essayer de finir demain soir.

Héritages, chapitre 3

3- Cambriolage

Les canons des deux pistolets se touchaient presque.

À chaque bout, il y avait un visage tendu et un regard aussi déterminé qu’irradiant la peur. Un bruit impromptu se produisait à cet instant, et quelqu’un ferait feu ; difficile de dire qui des deux tirerait le premier. Aucun n’avait envie de tuer.

Lui portait une veste d’uniforme russe, étoile rouge bien visible comprise, par-dessus ce qui ressemblait à une tenue d’officier allemand clairement pas faite pour sa taille. Ses petites lunettes rondes aux verres épais lui donnaient un air sage d’autant plus perturbant vu l’instant présent.

Helen était vêtue d’un vieux treillis militaire américain, informe et sans aucun signe distinctif, dont la seule touche d’élégance était sa canne au pommeau d’argent. Son chignon sophistiqué et soigné semblait incongru dans ces lieux.

La suite ici, sur Wattpad, et à la semaine prochaine !

chap3-1100

Lettre ouverte aux éditeurs, nos clients.

Illustration humblement emprunté au blog de Ga « un crayon dans la tête ».
Copie, citation, partage, et reprise du contenu complet de cette lettre ouverte autorisée, et fortement encouragée !

Lettre ouverte à Ludopathe Les Zediteurs et à toutes les autres maisons d’édition de jeux de rôle, de société, de jeux vidéos et autres entreprises employant ou recrutant des illustrateurs juniors et seniors sous-payés sans qui elles ne pourraient tout simplement rien produire de ce qui fait leur succès et le plaisir de leurs clients. Continuer la lecture de Lettre ouverte aux éditeurs, nos clients.

Irezumi, illustration du chapitre 4 d’Héritages

Le gag… c’est que j’ai pas encore fais celle pour le 3… qui doit être prête pour Mardi. C’est donc l’illustration du Chapitre 4 de mon roman-feuilleton hebdomadaire Héritages à découvrir ici.

Voici donc ! Suite à un « challenge accepted » de la part de je ne sais plus qui me disait : « elle serait bien en full painting » je me suis donc jeté. Je ne suis pas encore sûr de moi avec cela, mais de plus en plus, la technique m’est familière et aisée. Ça ne m’a pris que six heures au final, c’est pas grand chose quand on considère que ce genre de bêtises (comme la bannière de ce site, par exemple) m’en prenait le triple il y a un an, avec de grosses chances de me rater. Pour ceux qui se demandent qui est la dadame, c’est Helen Johansssen, un des deux personnages principaux de l’histoire.

chapitre4-final1100

Et quand à savoir comment on s’y prend, bha ça, je vous encourage à vous mater des tutoriaux, je vais d’ailleurs demain vous en montrer une collection choisie. Continuer la lecture de Irezumi, illustration du chapitre 4 d’Héritages

Plus d’un dessin par jour

En ce moment, ce serait plutôt deux et demi, trois, mais malgré un évident plaisir à avoir ce rythme, c’est pas exactement facile de conjuger illustration, commandes, clients, et écriture de maintenant deux romans de concert.

Heureusement, ma chérie, mon Ange à moi, Alysia Lorétan, qui d’ailleurs se mets elle-même à dessiner de mieux en mieux (et c’est dur, c’est la pire têtue élève que j’ai jamais eu, moi qui pensais être une tête de lard, vous avez pas idée), m’aide, en se mettant à faire les aplats de couleurs de mes compos, ce qui lui fait plaisir, et quand à moi qui m’aide énormément. C’est la partie la plus chiante de mon boulot, et elle prends du temps et de l’énergie que je peux donc dépenser à aut’chose.

Voici les dernières illustrations pour Alias, et pour son roman, Erdorin, Chroniques de l’Arbre-Monde.

erdo3-c12

erdo3-c13

chap11-1100-final

Blog artistique d'Axelle "Psychee" Bouet

%d blogueurs aiment cette page :