Orc’idée, la première épreuve du feu !

Les photos de l’article sont l’œuvre de Stéphane « Alias » Gallay, qui a donc, ô grande joie, pris le temps de bombarder notre stand et notre fine équipe pour que je puisse illustrer cet article, grand  merci à lui !
Il a mis en ligne une galerie de photos d’Orc’idée sous licence Creative Commons, pour vous faire plaisir !

Mon dernier passage à Orc’idée remonte à trois ans, alors si je me rappelais un peu de la chose, ce fut quand même un grand saut dans le bain -de foule entre autres. Car il y avait foule à l’EPFL sous l’étage de la légendaire cafétéria Satellite. Alias parle pas mal de l’organisation renouvelée cette année sur son blog, que je résumerai par : c’était assez intelligent et bien pensé, mais peut-être un chouïa moins convivial parce que justement organisé de manière plus cloisonnée.

Ce qui donne des salles moins vastes pour les parties de JDR, et donc moins de tablées serrées comme des sardines et de parasites des éclats de voix des voisins, mais par conséquent, moins d’aperçu du regard embrassant en une fois la masse des participants, pourtant conséquente. Y’avait du peuple, et pas qu’un peu : juste comme j’aime je dois dire, c’est à dire plein de monde, mais pas assez pour avoir l’impression d’être une sardine coincée dans une boite en fer blanc définitivement trop étroite ; un sentiment parfois carrément pénible que j’ai pu tester dans d’autres conv’ comme Polymanga.

Les stands, dont j’étais, étaient étalés le long d’un grand couloir, et les parties dans les salles ouvertes sur celui-ci, avec donc une circulation des curieux, des joueurs et des MJ, des badauds, avec les organisateurs, créateurs et vendeurs en permanence en train de présenter leurs produits, discuter et rire, échanger, et bien sûr, parler entre nous. Ce qui m’a permis de saluer d’ailleurs l’équipe du Grog, le représentant de SDEN et de la FFJDR (monsieur triple casquette en kimono, si si !), rencontrer l’équipe d‘Eden, le jeu de figurines, dont ma chère Emilie était le chauffeur et me fit la surprise d’être présente ce WE, d’aller devenir membre de Swiss Made JDR, mais aussi de saluer grâce à Alias Céline Antoine (City Hall) -et être passée en mode tête de mule parce que quelqu’un a employé le gros mot « narrativiste » à ce moment là- discuter distribution sur la Suisse, et contrat possible avec Pierre-Yves Franzetti (Helvetia Games) et même tester Sombre de Johan Scipion. Et bien sûr faire un coucou à Eric Nieudan qui a râlé de n’avoir pas eu le temps d’acheter un exemplaire de mon roman, car on a fini en rupture de stock.

IMG_1977

Oui, parce que finalement, ben on a fini en rupture de stock. J’avais pris 25 exemplaires du roman, en supposant qu’on ne les vendrait pas tous… Ha bha si ! Le Samedi au soir, il nous en restait 6 ou 7, et comme maison loin de la convention, pas possible d’aller raisonnablement en refaire le stock. Le Dimanche à 14 hr, y’en avait plus.

Mais si on a vidé le stock, c’est parce que toute l’équipe de Loss JDR était là, ou presque. Ne manquait que Djoul, mais même Emilie nous a donc fait la surprise à mon Ange et moi d’être présente, car elle était venu prêter main-forte au stand d’Eden. Et Yann Decombaz nous a prouvé que s’il rêvait dans une autre vie d’être Mage de Guerre ou Samuraï des Rues, est définitivement un fixer redoutable, et un commercial intraitable. Au fait, tu as quand même pas menacé les gens pour qu’ils viennent acheter et se faire dédicacer le roman, rassures-moi ?

IMG_2050

Voir toute l’équipe des trois auteurs de Loss JDR, et de son plus fidèle et obstiné et passionné contributeur, réunie autour du stand, discuter de manière passionnée du roman, du jeu, du monde, m’a parfois tiré des larmes. De soulagement, de plaisir, de fierté, de prise de conscience que d’une certaine manière, j’ai bel et bien passé l’épreuve du feu. Et je ne vous explique même pas ma joie en voyant les sourires de bonheur des gens venus acheter le roman, que je leur tendais page ouverte sur la dédicace qui était un portrait de tel ou tel personnage des Chants de Loss ! Le seul couac, finalement bien mineur, fut que le kit d’initiation n’était pas prêt, mais… ce ne fut en fait de loin pas si grave que cela, et on se rattrapera !

IMG_2052

Et Samedi soir, a eu lieu la première partie de démo du jeu, et le premier playtest avec des inconnus. Trois joueurs -j’ai eu comme Alias quelques menus soucis pour avoir du monde à ma table, mais moins tendus que les siens- qui se sont éclatés, marrés comme des baleines, m’ont fait hurler de rire au point qu’on m’a dit que cela s’entendait de l’autre bout des stands, et ont adoré l’expérience, souhaitant en savoir plus sur cet univers, sur le jeu, sur le roman, bref, que des points positifs, et d’excellentes et intelligentes remarques sur les quelques petits couacs de la mécanique du jeu, ce qui nous a permit d’avancer et va nous aider à corriger le tir. Je regrette de n’avoir pas noté leurs noms et prénoms, j’eu aimé les remercier ici, mais j’espère qu’ils me contacteront via le blog, ou Facebook.

IMG_1976

Voilà, une première expérience formidable, un retour financier qui me permets de prévoir de rembourser les frais et dépenses pour le stand, et payer quelques factures, garder de quoi imprimer quelques kits et payer d’autres accessoires, et même aller se faire un ciné cette semaine, des rencontres chaleureuses et touchantes avec des gens que je ne connaissais que via des pseudos facebook venant me saluer, me remercier et m’encourager pour le roman et mes illustrations, et une convention qui me permets de dire : on va remettre ça, et vite !

Hééé non, y’a pas de photo de moi regardant la caméra, mouahahaha !!!

 

Une pensée sur “Orc’idée, la première épreuve du feu !

Commentaires fermés.