Reprise du Tipeee & lancement des illustrations pour Les Chants de Loss, le JDR

Après un mois de repos un peu forcé par un burn-out insidieux qui m’a mise en vacances d’un peu tout pour le mois d’Aout, le mois de Septembre c’est la rentrée, et c’est aussi une rentrée studieuse pur moi.  La semaine fut occupée, j’avoue l’avoir finie crevée, pour ma plus grande joie. Je ne peux pas vous montrer tout ce que j’ai fais durant la semaine -confidentialité toussa, hé oui, moi aussi j’y suis astreinte avec mes clients parfois- mais il y a quelques petites choses que je peux quand même vous partager.

L’autre grande nouvelle, c’est que j’ai remis à jour ma page tipeee Les Chants de Loss, pour y inclure le travail sur le jeu de rôle, et la détailler à ce sujet, ainsi qu’ouvrir de nouvelles contreparties aux contributeurs. Mais au fait, Tipeee, c’est quoi ?

tipeee-logo-pointcom-RVB

Tipeee est une  forme de financement participatif basée sur le principe du «Tip» (le pourboire, en résumé) :

Sur Tipeee les créateurs, contrairement à un site de financement participatif traditionnel,  ne viennent pas sur pour demander de gros montants nécessaires à la réalisation d’un projet spécifique. Ils sollicitent leurs fans pour qu’ils les soutiennent dans ce qu’ils font déjà.

Pour devenir Tipeur d’un projet, l’internaute doit indiquer un montant (à partir de 1€) qu’il souhaite donner au créateur de contenu. Et pour rester dans des montants raisonnables, l’internaute peut indiquer dans tous les cas un maximum mensuel à ne pas dépasser.

Sur Tipeee, un Tipeur peut à tout moment modifier ou annuler ses promesses de Tips. Il n’y a donc ni obligation d’achat, ni objectif à atteindre, ni durée de collecte. Ici chacun participe à hauteur de ce qu’il souhaite, s’il le souhaite et pour la durée qu’il souhaite. C’est en gros du mécénant, en retour duquel le contributeur se voit remercié. Dans mon cas, par des contreparties le plus souvent en dessin, mais pas que. Et je ne peux alors que vous inviter à découvrir ma page Tipeee -qui va encore évoluer- et qui est consacrée principalement aux Chants de Los, les romans et le jeu de rôle. Tout y est expliqué le pourquoi et le comment. ET n’hésitez pas à me donner avec et poser des questions.

Car c’est du boulot, mais un boulot merveilleux, et qui m’apporte quelques bonnes surprises, comme par exemple les deux derniers portraits de contributeurs, revus à la mode Lossyanne. J’adore, cela plait toujours, et me fait autant plaisir qu’à eux :

Portrait du fils d’un des contributeurs, qui se rêve en pirate… et hop !

mick-fils-1100

Un vieil ami qui a contribué, et dont j’ai imaginé la tête dubitative de marchand un peu louche :

joel-1100

Et je vous parlais du débuts des travaux pour illustrer les Chants de Loss, le JDR… bha oui oui… gros boulot. Le premier de ces boulots a été de constituer une bible graphique, piochée d’œuvres, illustrations et photos donnant le ton de l’univers. Un beau document, qui permets d’avoir un clair aperçu du monde de Loss, et destiné aussi bien à vous, qu’à moi, et aux futurs illustrateurs du jeu de rôle. Que voici donc :

Bible graphique des Chants de Loss, PDF, 19 Mo

Et donc avec cet outil, puis mes idées, et nombre d’études, car cela fait un an que je gribouille pour Loss bon an mal an, on commence un peu le travail, en cherchant avant tout les looks des personnages, car on ne se refait pas, c’est ce que je fais de mieux… avec le mecadesign parait-il, mais j’ai du mal à le croire :

Un trio de malfrats, hommes de mains & autres gardes-du-corps des rues d’Armanth. Les looks sont très inspirés des tenues renaissance/trois mousquetaires qui auraient croisé des looks Western, avec les habitudes de la région, comme les longs kilts, ou les tuniques longues qui semblent venir d’Orient et d’Asie :

trio-1100

Puisque mes gars au dessus sont armés de pistolets impulseurs, j’ai gribouillé quelques looks de ses armes, après de passionnants échanges avec Alysia Lorétan pour en imaginer la mécanique et le fonctionnement, ce qui rend alors cohérent leur design, proche des armes à feu antiques, mais pourtant avec de toute évidence leurs caractéristiques propres :

pistolets2

Et enfin, un autre trio en cours, celui de trois individus venus de l’Imareth, l’Empire du Trône de Rubis, une sorte de croisement entre le monde chinois, corréen, et sud-est Asiatique. Ici on voit un noble, un guerrier en armure linotorci et écailles, et un autre quidam martial et vêtu en partie de cuir :

trio2-imareth

%d blogueurs aiment cette page :

Warning: sizeof(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/users3/p/psychee/www/blog/wp-content/plugins/bmo-expo/classes/theGallery.php on line 136