Par pur souci de transparence…

Ce qui suit est ennuyeux ; non, mais je vous préviens. Les tauliers du groupe facebook sus-mentionné pensent que je fais une guerre à leur groupe et leur communauté toute entière. Ce qui m’amuse beaucoup, parce que cela voudrait dire que je ferais une guerre à des copains, entre autres (j’allais aussi dire copines, avant de vérifier et de me rappeler que y’a pratiquement aucune nana qui y participe et qui y reste longtemps). Non non, je ne fais pas de guerre, je me contente de signaler et rappeler –non sans une certaine véhémence de ton, que voulez-vous, j’aime bien épicer un peu mes propos- que c’est dans ce groupe que se trouvent :

1) une bande de quidams aux idées plus proches de Zemmour et à la verve plus proche de Papacito, que de Louise Michel et Victor Hugo, dont le point commun, parmi d’autres, est d’être tous, peu ou prou une belle bande de connards misogynes (et aussi racistes, sexistes, homophobes, ne rayez pas les mentions inutiles, y’en a pas) assumés, tous persuadés que les trucs progressistes dans le monde du jeu de rôle, c’est un vaste complot de gauchistes-nazis-satanistes-pervers.

2) que parmi ces quidams se trouvent bien des individus suspectés de harcèlement sur internet, entre autres, et dont je fus l’une des cibles (et pas victime, parce que pour cela, il aurait fallu que, à part me titiller l’envie de leur claquer le beignet, cela eut sur ma vie privée quelque réel effet. D’autres ont eu beaucoup moins de chance, et c’est bien eux que je défends.)

Donc, j’ai reçu un courrier, me disant –fort poliment- que c’est pas bien ce que je fais, que c’est pas bien d’accuser (sic) un groupe (resic) sans preuve, que c’est pas bien de dire des choses pas bien (oui, je paraphrase, mais c’est vraiment l’idée), que « mon avocat a dit » qu’on pourrait lancer des poursuites et au fait, on te demande de retirer toute référence à DROL et à Discussions de Rôlistes Ouvertes et libres. Ha, oui… et ils me proposaient de venir débattre sur leur groupe. Je pense que c’est à ce paragraphe-là que j’ai craché mon café en explosant de rire.

Bref, mis à part le côté surréaliste de la demande et de ses arguments, il y avait une lettre à laquelle je devais répondre. J’ai d’abord dit « non » sans autre forme de procès, puis je suis allé consulter deux potes, experts juridiques, dont un spécialisé sur les problématiques de délits de diffamation sur internet, l’autre étant l’expert juridique qui bosse pour mon hébergeur de site, lui aussi un peu spécialiste de ce genre de sujets.

Et donc, avec le premier, j’ai rédigé une réponse officielle, car c’était, pour le coup, une nécessité légale. Par souci de transparence, après leur avoir envoyé, je la rends donc publique. Je n’ai pas reçu réponse à cette lettre, envoyée Jeudi 1er Juillet ; et je n’en attends d’ailleurs pas. J’ai autre chose à foutre et il est évident que je ne m’attends pas une seconde à ce qu’ils bittent quoi que ce soit au contenu de ce courrier, autrement que par leurs biais cognitifs de l’immonde harceleuse menaçante, mensongère et venimeuse que je suis à leur yeux. Ce dont je n’ai rien à foutre non plus.

Et promis, demain, j’arrête. J’ai tellement d’autres trucs à faire, et quitte à causer sur mon blog, je causerais de chaines youtubes et autres de rôlistes créatifs, sympas et ouverts ; ça, c’est cool !

PS : c’est pour les concernés ce message ; les documents (comme si un harceleur allait signer une attestation disant « oui, j’ai harcelé untel à tel heure et tel jour) attestant de harcèlement, vous ne pouvez pas les réclamer. Hormis l’absurdité factuelle de la demande, vous n’en avez ni le droit, ni la légitimité. Ces documents, c’est à la justice qu’on les confie, pas à des gogos qui prétendent sans frémir que l’ensemble des témoignages de harcèlement dans le JDR (par exemple, tout ceci : https://etpourtantellesjouent.wordpress.com/ ) sont le fait d’une minorité « hystérique » et sont sans doutes tous inventés.

Voici donc la dite lettre en réponse :

« Bonjour,

Je vais vous expliquer la raison de mon refus, après consultation de mon expert juridique quant aux suites à vous accorder : je ne suis en rien légalement contrainte à exécuter votre demande. Votre groupe n’est ni une personne physique, ni une personne morale et, en votre qualité de modérateur, vous n’êtes en rien directeur de publication.

Je tiens aussi à vous rappeler qu’en Suisse, où je réside, et où est hébergé mon blog, l’article 173 du Code Pénal Suisse (CP) dans son point 2 indique que :

« 2. L’inculpé n’encourra aucune peine s’il prouve que les allégations qu’il a articulées ou propagées sont conformes à la vérité ou qu’il avait des raisons sérieuses de les tenir de bonne foi pour vraies. »

 Il est bien entendu tout à fait évident que les contenus rédigés par une partie des membres de votre groupe, et que nous avons récoltés en toute légalité (voir plus loin), confirment sans l’ombre d’un doute de la bonne foi de mes allégations.

La vidéo initiale qui cite « les paladins chatoyants » a été relayée sur votre groupe essentiellement, conduisant à des vagues de propos diffamatoires et haineux, entrant dès lors sous le coup de la Loi. De même de nombreux membres de votre groupe ont minimisé voire nié le harcèlement subit par le vidéaste Neatherion. Et nous pouvons encore remonter plus loin, avec des atteintes du même ordre sur les créateurs du Blog « Et Pourtant Elles Jouent. »

Vous estimez avoir subi une atteinte à l’honneur de votre groupe. Or, dans mon article de blog, je n’y désigne que les harceleurs qui y sévissent, identifiés sous un sobriquet spécifique, et non l’ensemble de votre communauté.

Je tiens aussi à vous rappeler que la justice française est particulièrement clémente, même en cas de faits avérés, quand il s’agit de juger des propos écrits et publiés par des victimes qui dénoncent le harcèlement qu’elles subissent. Or, vous n’êtes pas en mesure de nier factuellement que je suis, régulièrement, ainsi que d’autres rôlistes, la cible d’injures, d’attaques, de tentatives de piratages et de harcèlements de certains de vos membres, aussi bien sur votre groupe, que par divers autres moyens sur internet.

Je n’ai jamais porté plainte à l’égard des créateurs et administrateurs de votre groupe pour « diffamation », mais veuillez prendre conscience que j’ai suffisamment de preuves pour dénoncer et agir sur les cas de harcèlements dont je suis victime par des membres de votre groupe. Je cite, pour l’exemple, un message de l’un d’eux à mon encontre :

Votre groupe étant public, ces captures d’écran sont par conséquent tout à fait légales et je puis vous assurer que j’en ai, bien évidemment, assez pour prouver les faits de diffamation et de surtout de harcèlement dont je suis victime, sur votre groupe et ailleurs par ces mêmes personnes.

Je tiens à souligner à votre connaissance que si une diffamation a une durée de prescription fixée à 3 mois, même publique et sur Internet, il n’en est pas de même pour des faits de harcèlements. Enfin, et même si je ne suis pas nommée, le simple fait d’utiliser, par exemple, le sobriquet « la reine des abeilles » est un identifiant nominatif suffisant pour qualifier un fait de harcèlement.

Par conséquent, mes propos, que vous jugez diffamatoires contre un groupe qui n’est ni une personne morale, ni une personne physique, risquent fort de ne pas être considérés comme tels, ni par un avocat, ni par un juge, en présence de toutes les preuves. J’ose croire que l’avocat que vous avez contacté vous aura, forcément, alerté de ce point ?

Un juge pourrait même être amené à vous rappeler à vos obligations de modération sur les propos hors-la-loi, tels que les discriminations homophobes, transphobes, sexistes, et les réguliers appels à la haine qui ont été relayés sur votre groupe et qui sont à l’origine du harcèlement que je mentionne plus haut, et dont beaucoup font régulièrement part.

Avez-vous bien décrit tout ce qui est diffusé publiquement sur votre groupe à l’avocat qui vous a conseillé ?

J’en viens à une conclusion :

Nous avons, je vous l’accorde, tout à gagner si nous faisons l’un et l’autre un pas. J’accepte de supprimer la mention de « DROL » et « Discussion de rôlistes ouvertes et libres » de mon article si vous acceptez les conditions suivantes :

  • Supprimez toute mention me concernant (y compris avec mes différents pseudonymes officiels ou sobriquets qui m’ont été attribué par vos membres) de tous les messages et échanges de votre groupe, qu’elle soit passée ou future. Je ne dois plus jamais y être nommée ou identifiée.
  • Appliquez une modération plus stricte en veillant à supprimer dans les plus brefs délais toute mentions insultante, diffamante ou haineuse à mon encontre. Encore une fois, votre groupe ne devra plus jamais parler de moi, faire référence à moi ou me citer.

Et je vous invite à faire de même avec tous les rôlistes qui subissent aussi du harcèlement par vos membres : ceux qu’ils désignent comme « paladins chatoyants », « camp d’en face », les « woke »… Vos règles de modération ne doivent plus tolérer ces incitations à la haine répétées.

En l’absence d’efforts de votre part, nous continuerons à rassembler les preuves de harcèlement et, quant à moi, les démarches de poursuites judiciaires à l’encontre des responsables, en cours d’identification, continueront. Celles lancées en fin 2019 pour harcèlement et tentatives de piratage de mes sites internet étant désormais déposées auprès de la police suisse, celles-ci ne pourront qu’aller à leur terme, la qualification légale ayant été constatée.

Pour preuve des contenus ayant conduit certains de vos membres suspectés à intenter des harcèlements de rôlistes, ce message de Tugdual Moreno du 14 juin 2021.

Ou cette intervention de Douglas Ursin me concernant nommément, et qui tombe sous le coup de la diffamation, entre autres.

En conclusion, si vous acceptez ces conditions, qui sont bien entendu non-négociables, je m’engage sur l’honneur à supprimer la mention de DROL et Discussion Rôliste Ouvertes et Libres, tel que vous le demandez de mon article, et ceci dans les plus brefs délais.

Concernant votre souhait que je vienne en parler sur votre groupe, la réponse est sans appel : c’est toujours non. Je n’ai aucun intérêt à discuter avec vous et j’emploie les outils de blocage me permettant de ne pas avoir à subir vos opinions et vos diffamations.

Cette lettre, pour des raisons de transparence sur ma démarche, sera diffusée publiquement sur mon blog ; vous pourrez relayer celle-ci à vos membres en guise de discussion.

Axelle « Psychée » Bouet

PS : puisque vous aimez les liens d’informations juridiques, je me permets de vous diriger vers ceci : »

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F32239

%d blogueurs aiment cette page :

Warning: sizeof(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/users3/p/psychee/www/blog/wp-content/plugins/bmo-expo/classes/theGallery.php on line 136