Archives de catégorie : Illos noir & blanc

Princess Sword-Woman

Une illustration pour les Chants de Loss, le jeu de rôle : une des légendes de Loss. Je dois beaucoup à Pierre le Pivain pour la réussite de la couleur, grâce à ses conseils.

Et oui, ça bosse, mais je suis un peu surchargé en ce moment, c’est pour cela que le blog est assez peu mis à jour coté nouvelles, c’est que ça travaille sec sur je jeu de rôle pour finaliser le projet, entre deux commandes de clients !

Et comme toujours, quelques étapes du travail :

 

Les dessins de la semaine en retard (pour changer)

Comme cela a bossé et bosse encore dru sur la dernière ligne droite rédactionnelle pour Les Chants de Loss, le jeu de rôle, je prends assez peu mes crayons/stylets/tablette graphique. D’où un certain silence sur ce blog. Bon, je pourrai vous partager certains billets d’humeur récents, mais franchement, arroser au kérosène un incendie qui brûle déjà fort bien et dont l’éclat attire les pires trolls et connards sexistes du monde du jeu de rôle, je préfère éviter. Quand la lueur baisse un peu, ce sont le genre de cons à vouloir aller cramer autre chose : moi par exemple. Alors, je garde ça pour Facebook et ici, je reviendrais dessus plus tard et sur certains éléments plus intéressants que parler des cons.

Et donc, quelques dessins !

Une peinture numérique pour Les Chants de Loss, le JDR

Un fanart Dr Who, cadeau d’anniversaire pour Yann Décombaz

Mise en couleur d’illustration pour Les Chants de Loss, le JDR. Elles seront toutes colorisées.

Un personnage masculin pour Les Chants de Loss, le JDR

Un autre personnage masculin pour Les Chants de Loss, le JDR

Lisa, héroïne des romans Les Chants de Loss, aquarelle du Dimanche

Art of Psychée 2016

Pour poursuivre la tradition, voici une rétrospective de mon année 2016 en dessin, en un grand panneau de 1920×1237 pixels.

To continue the tradition, this is a retrospective of my year 2016 of illustrations , in a large panel of 1920×1237 pixels.

Click for view in full size :

Pas beaucoup de dessin récemment mais tout est relatif.

Et donc, parce que je ne vais pas trop m’attarder on vous montre les derniers réalisés. C’est vrai que je dessine moins que je voudrais, mais impératifs pour mon boulot sur le jeu de rôle Les Chants de Loss, et soucis de santé… et une sciatique et une table à dessin ne font PAS bon ménage…

Pour commencer l’avant-dernière illustration de la série Ringstadt qui paraitra dans le supplément de Tigres Volant, rédigé par Matthias Wiesmann :

Une étude de personnage, Eowyn… oui, derrière cette première étude il y a le projet d’ici un an de faire un album de bande dessinée, ou une série dans le monde de Tigres Volants et sur la base de nouvelles écrites par Stéphane Gallay :

Toujours Eowyn, avec un essai pour voir si je commence à la maitriser :

Une étude pour Inithil, autre personnage principal de mon projet de bédé :

 

 

Semaine difficile et de nouveaux progrès en colo

Bon, je ne peint toujours pas encore, parce que je n’ose pas encore, mais va bien falloir que je m’y remette. Mais c’est un peu compliqué : je réapprends à dessiner, ce qui implique de choisir quelles priorités donner à mes temps et efforts d’étude. Pour le moment, c’est surtout dans le dessin que je consacre mes efforts… et la colo.

Cette semaine ayant été sous le signe des microbes et mon moral morflant sévèrement à cause de mon état de santé, j’ai beaucoup passé de temps à me vider la tête en gribouillages d’études. En fait, j’ai même beaucoup de trucs à vous montrer, mais si vous voulez voir mon travail au jour le jour, le mieux est soit de me suivre sur Facebook, soit de me suivre sur Artstation où je poste toutes mes créations sur mon portfolio.

Et pour en revenir à la colo, j’ai osé sur des derniers travaux, d’abord timidement puis en y allant nettement plus franco, tester des méthodes de mise en couleurs apprises en étudiant le travail de Stjepan Sejic, qui est un peu un monstre en matière de peinture numérique. Cela se voit surtout de près . des coups de pinceaux fins, lâchés grossièrement puis affinés, sur des bases de teintes employant beaucoup de dégradés. J’emploie aussi des nuances plus franches, là aussi qui sont alors estompés non pas avec une minutie maniaque, mais plus avec un peu d’improvisation, ce qui donne une texture, un grain, que ce soit à des vétements ou à de la peau nue.

Bien sûr, on est très TRES loin de mon modèle. Mais le résultat donne pourtant des colorisations très réussies. Même si, par exemple, l’encrage prends alors une grande importance, et le mien est parfois encore trop épais pour les détails… le dosage pour un encrage que l’on veut mettre en couleurs avec richesse demande un peu d’efforts et plus de finesse.

Un exemple ici, avec un fond un peu improvisé, mais travaillé :

etude-inithil-final

Et de près, on voit ces coups de pinceau de couleur qui donne volume et relief, texture à l’ensemble.

etude-inithil-extr2

etude-inithil-extr1

Et le dernier en date, où j’ai nettement plus osé y aller sur la peau nue, un exercice que je n’osais pas faire :

etude-jawaad-colo-final

Quelques zooms sur ces coups de pinceaux vus de près :

etude-jawaad-extr2

etude-jawaad-extr1

L’hiver ne m’aime pas et on est Lundi.

On me dira, l’été non plus par moment. Mais je viens de me faire ma série des microbes de l’hiver, et si on y est pas encore officiellement, eux sont très actifs. J’ai donc trainé cette semaine et ce Lundi commence comme un mauvais Lundi. mais on bosse quand même, à la grands satisfaction entre autres de Thias et bien sûr, on dessine aussi pour Les Chants de Loss. Et on essaye enfin des trucs :

Les deux noirs et blancs suivants sont pour Les Chants de Loss, le JDR. Et je vais les mettre en couleurs, puisque la décision a été arrêtée par notre éditeur – qui n’a pas eu besoin de nous demander si on était d’accord, yahaa !-  que le livre du jeu serait en full couleurs et que l’on va passer tous mes noirs et blancs soit en tramés bichromie, soit en zolies couleurs. Oui, ça va prendre un moment et je vais me faire chier ! Mais c’est pour la bonne cause.

exp-anciens-1280

eim-survivant-final

Et puis ça, c’est un essai personnel quand j’étais malade cette semaine. Faire un portrait, c’est facile… j’ai voulu prendre ma propre technique et l’épurer au possible, puis voir ce que cela allait rendre avec une couleur très simple, mais recherchée. Et cel rends très bien, Lisa est adorable.

Mais j’ai eu une très grosse envie de la peindre vraiment. Je me suis retenue. Disons que je n’ai pas trop le temps en ce moment.

anis-prtrait-colo-final

 

Limousine, avant et après 17 ans d’écart

Au départ c’était censée être l’illustration la plus facile de la série commandé par Matthias Wiesmann pour Ringstadt. Finalement, voulant quelque chose de vraiment réussi et y rajouter une perspective un peu aboutie, vu que je m’y entraine un peu en ce moment, elle est devenue la plus ardue à réaliser.

Et le plus drôle est de la comparer à son original. C’était y’a 17 ans, et c’était pour l’ébauche éventuelle de supplément de jeu de rôle que Thias mets en ce moment en page et que j’illustre donc. Vous verrez le résultat ci-dessous, après l’image en grand format. Mais autant  dire qu’en 17 ans, ça change beaucoup !

limousine-1500

Et donc ci-dessous, la version avant-après de l’illustration :

limousine-avant-apres

Et pour finir, les étapes de la création, en gif animé. Enjoy !!

output_wiaoaq

Mon Portfolio ArtStation

Mon blog est très chouette pour les billets avec des illustrations et du blabla, pas pour présenter une galerie de travaux de manière visuelle. Soucis réglé, alors que je suis en train de remplir la galerie en question.

Vous pouvez donc explorer désormais mon portfolio, en une seule page visuelle classée par thèmes grâce à ArtStation . Enjoy !

artstation2

PS : bien sûr, il va évoluer en permanence, au fur à mesure que je rajoute des thèmes… et que je produis de nouvelles illustrations.

Vous cherchez une graphiste-maquettiste, Alysia sait faire !

Voici un article qui n’est ni une illustration, ni un billet d’humeur, mais une demande d’aide pour du boulot . Ma compagne, Alysia Lorétan, cherche du boulot et je vais donc parler d’elle et vous présenter un peu son travail. N’hésitez pas à partager massivement autour de vous !

Alysia est une graphiste-maquettiste. Sans diplôme elle s’est auto-formé pendant quelques années, et a travaillé sur pas mal de projets, allant de la simple affiche en passant par les études de logo, la correction d’images et enfin le maquettisme et la mise en page littéraire, un domaine dans lequel elle a du talent et les compétences ad hoc, ce qui n’est guère courant.

Elle manie entre autres photoshop, illustrator, Indesign, surfe plutôt bien avec la 3D et les effets visuels. Forcément, je vous dirais que ce qu’elle fait est génial. Et vous auriez raison de dire que je suis forcément partie pris. Maintenant, je suis aussi une vétérane de la communication visuelle et une illustratrice, donc, je réserve toujours mes jugements quant à la qualité du travail des gens. Même le sien. Mais voilà, le sien est bon et en plus, elle n’est jamais très cher.

Bien sûr, un emploi avec salaire mensuel, ce serait le pied. Mais ce n’est pas forcément ce qu’elle cherche. Des contrats, des missions, lui vont aussi bien et en plus elle peut même assurer relecture et corrections avec un bon niveau. Et enfin, elle fait de la photographie et a le matos nécessaire et les compétences qui vont avec pour en tirer parti !

Avant de vous montrer ses oeuvres, voici son curriculum vitae. Il résume un peu ses talents, compétences et expériences ; je rajouterai pour ma part son souci parfois obsessionnel de perfection et de qualité. Dans ce domaine, c’est carrément utile ! Et aussi sa capacité d’écoute et d’intégration dans ses relations avec ses clients. Ou dit autrement : elle est super patiente ; pas comme moi.

cv-graphique Alysia Lorétan, PDF, 86 Ko

Si vous voulez la contactez, passez par moi, ou alors joignez-la directement à : alysiabright@gmail.com

Et voici un petit aperçu de ce que je considère comme le plus remarquable de son travail, ci-dessous, dans tous les domaines et en vrac :

Maquettisme et graphisme Les Chants de Loss :

14563447_10210727557773858_5671587928387085396_n

14615606_10210727559453900_2759511017984022330_o

14947612_10211010092117040_391771467210684596_n

11110795_1064780226872638_5049044724849822784_o

Affiches :

10700561_962391150444880_407231528771057365_o

10750379_992780050739323_2684084058429347038_o

10846477_986779881339340_5230363995123235165_n

10849852_990470914303570_4379184197174891558_n

14956430_1497864253564231_3186369249821614620_n

Etudes de logos et designs :

11226044_1172420536108606_6793921001015357233_n  11221452_1173041049379888_3201648549696028183_n

19584_1057994800884514_8568844284594800570_n

Rendus 3 D et concepts art :

11954682_1171576976192962_6429635374616889483_n

13051504_1317243978292927_4141291326450785882_n

13532826_1366856263331698_6157465307978223818_n

11168061_1232905706726755_8581347922378901687_o

14900358_1498800493470607_5493136767459075653_n

Illustrations et dessins :

12208628_1205163816167611_6951944220159376969_n

11391439_1110211428996184_697875773878136737_n

13521838_1365616060122385_8277139802220719441_n

Le Glass Walker, 17 ans après

J’ai reçu commande de nouvelles illustrations pour Tigres Volants, en l’occurrence un supplément PDF pour la ville européenne de Ringstadt, dont l’auteur est Matthias Wiesmann, un grand ami, et un des premiers collaborateurs à l’univers du jeu de rôle Tigres Volants.

Je dois en réaliser huit en tout, dont cinq sont des reprises d’anciens dessins que j’avais fait en 1999… Oui, y’a 17 ans. La différence est marquante, vous verrez cela plus bas.

Mais voici donc la première, le Glass-Walker, un bar étudiant où des gens refont le monde. Ces illustrations ont toutes un point commun, un fil directeur dans la personne d’un personnage qui y est toujours présent, comme si nous découvrions la ville avec elle. En l’occurrence, c’est de la part de Thias un bel hommage à un de mes personnages de jeu de rôle que j’ai longtemps joué avec lui : Eowyn.

glass-walker-1100

Et l’illustration d’origine, à comparer avec ce que cela donne maintenant :

bar

Gribouillage de partie de jeu de rôle

Oui, je ne dessine pas que pour bosser, je dessine un peu pour moi de temps en temps, et hier, Julien Salamin a continué une partie-campagne de Star Wars-Aux Confins de l’Empire. Durant la partie, surtout consacré à de la négociation politique avec des malfrats de bandes et cartels criminels et à des complots improbables pour trouver comment identifier et abattre un de nos très nombreux ennemis et poursuivants, j’ai donc dessiné tout en jouant, ce que je fais de temps en temps. En considérant le temps pris, j’ai du passer environ  deux heures, deux heures et demi dessus, mode dilettante à dessiner mon personnage.

Oui, Ley-Kona (c’est son nom) a un look qui ne s’oublie pas – et encore, y’a pas la couleur. Ça agace sa pote chasseuse de prime !

ley-kona

Ça dessine toujours !

Après avoir fini mes commandes pour les particuliers -d’ailleurs, si vous voulez un dessin de votre personnage de JDR, je peux en faire, et voici le lien vers mes tarifs– je retourne aux commandes d’illustrations de jeu de rôle, d’une part pour Ynn Pryddein, jeu de rôle celtique, d’autres part pour Tigres Volants, que je ne présente plus !

Voici donc les dernières productions : y’en a peu, car j’ai en ce moment passé tout mon temps libre et une partie de mon temps pro à achever le tome 2 des Chants de Loss (corrections, mise en page, index et glossaire, etc…) et je bosse pour avancer le jeu de rôle, dont j’ai toujours pour objectif de le finir pour Décembre (ce sera sans doutes fin, genre avant Noël, que début, mais trois semaines de retard seulement sur un JDR, c’est du jamais vu)

Commande particulier : un commando dans un univers cyberpunk.

commando-1280

Commande particulier : un exorciste dans un univers onirique de la Chine ancienne.

mage-1280

Rough pour une scène dans un bar étudiant dans l’univers de Tigres Volants , commande pour Matthias Wiesmann.

glass-walker3

Rough pour une des nombreuses illustrations de personnage pour Ynn Pryddein :

rag2