Archives de catégorie : Musique

Inspirations: 2- Les groupes musicaux

Alysia le dit très bien: ce n’est pas l’image qui m’inspire le plus -je suis d’ailleurs assez critique avec tout ce qui concerne le cinéma, la bédé, les mangas, etc, au point où par exemple il est difficile pour moi d’acheter une bédé dans une boutique; quand aux films, soit c’est parce que ceux-ci me permettent de poser mon cerveau pour le regarder, soit, ce sont des œuvres originales de réalisateurs que je considère comme artistes.

Ce qui me fait rêver, vibrer, et m’envoler, c’est la musique. J’aime pratiquement toutes les musiques, avec une nette préférence pour le blues, certains Jazz post-années 40 (y compris du free), et… le rock metal.

Et dans cette catégorie là, il y a un type de groupes et de musique qui a des effets limite de transe pour moi, c’est les groupes de Symphonic Metal. Plein de bruit, de fureur, en général un faux ou un vrai orchestre symphonique derrière, des morceaux souvent très long, et une puissance évocatrice qui donne le sentiment d’entendre un conte. Et en plus, le plus souvent, c’est une fille qui chante -j’avoue une allergie à la voix mâââle de basson qui aurait commencé à fumer à l’âge foetal.

Mais même dans cette catégorie, je ne me pâme pas devant tout ce qui aligne quatre note. Mais ici, je vous propose d’écouter -merci Youtube- trois morceaux qui ont eu et on toujours sur moi cette force d’évocation, du genre, si j’ai pas d’idée, je me colle ça sur les oreilles, et de suite, ça va mieux.

Etrangement, tiens, je me dois un aveu… quand j’étais au fond du trou, déprime massive, etc, je n’écoutais pas. Étrange. Je trouve que ce genre de musique me remonterait le moral, mais je peux me tromper.

 

Nightwish – Ghost Love Score.

Mention spéciale. Ce morceau de 9 mn, c’est une drogue, une panacée, un exutoire. Pour l’anecdote, pendant un voyage, ce morceau a passé en boucle dans mon casque pendant 48 heures, les seules pauses étaient pour recharger la batterie du baladeur. C’est aussi « la » chanson de mon Ange et moi.

 

 

Nightwish – The Poet and the Pendulum.

Oui, hein? J’aime Nightwish. Dire que je suis une fan…. heu… non, mais franchement, si ils repassent en Suisse, j’y courrais bien. Ce morceau fait 14 mn, et avec une autre voix, la nouvelle chanteuse du groupe, et d’une certaine manière, c’est loin d’être la seule différence. J’ai crée une campagne de JDR sur cette chanson, d’ailleurs, dont j’avais fais un générique.

 

Within Temptation – Our Farewell

Bon, ça, pfff… non seulement, c’est magnifique, mais la traduction des paroles me touche complètement. J’ai souvent dessiné sur les thèmes de mère et filles, amantes séparées, etc… et c’est un peu la chanson qui peut inspirer ces dessins.

Inspirations: 1- Les univers et musiques de jeu

Je vous fais découvrir des auteurs deviant art connus, et qui m’ont touché, je vais vous faire explorer par la suite quelques artistes historiques qui m’émeuvent, mais ici, j’ai envie de partager avec vous ce qui m’inspire, ce qui déclenche rêveries, suggestions, envies, et finalement créativité, et crayonnages frénétiques.

Avant tout, avec moi, c’est la musique qui a cet effet, mais quand la musique et l’image se complètent, et évoquent des univers originaux de certains monde de jeux vidéos, là, on attend le sommet. Alors voici trois vidéos de ce mélange si inspirant, les trois qui m’emportent le plus.

Alors, on va commencer par Deus Ex: human Revolution, full trailer. La première fois que j’ai vu ça, c’était sur notre écran de télé géant, et j’en ai perdu le souffle, j’en tremblais. Moi qui suis une fan de la hard SF et des univers cyberpunk, et fan de K. Dick qui a inspiré les Deus Ex, je ne pouvais pas résister.

 

Puis, Mass Effect 3, Call to arms, qui est une vidéo de fan, en prime. Merci à mon Ange, qui m’a fait découvrir cela. Comme parler de Mass Effect objectivement, pour la trilogie de ce jeu, qui est en soit une œuvre qui en remets à bien des œuvres de cinéma. Je ne sais pas…. jouez-y, je pense, aux trois, dans l’ordre, ce sera mille fois plus parlant que moi.

 

Et enfin, Final Fantasy, j’ai eu du mal à trouver le clip que je cherchais, pour parler de l’évocation de cette série de jeux mythiques, dont les bande-son sont un peu des classiques, alors, j’ai choisi cet AMV, que je vous laisse déguster. J’ai pleuré en le découvrant.

 

Final Fantasy XIII, Oedipe roi et musique décalée

Jeux vidéo : Final Fantasy XIII, Oedipe roi : LesInrocks.com.

Je vous laisse lire l’article, dont je partage le point de vue concernant le jeu qui, actuellement, suscite l’épidémie générale de chronophagie de la colocation (seules Sarah et moi sommes immunisées, pour des raisons de peu de rapport avec le dernier volet de FF, en fait).

Moi, ce qui m’a touché, j’entend par là, je volais paisiblement quand un missile sol-air filoguidé, c’est la musique. Déjà, a pas peur, l’album de l’OST de FF XIII comporte pas moins de 5 CD. Y’a de quoi faire… en fait, un peu trop, je vais y revenir.

Ensuite, qu’en dire?… le soucis est que d’un CD à l’autre, et parfois même d’une plage à l’autre, on a du mal à savoir qu’on écoute pas le même morceau, un peu comme ces recherches musicales sans fin décompensant le même thème sur 25 mn de musique, si cher au rock prog.

Si le thème de base est très beau -en fait, il est surtout entêtant, il n’est pas « beau », et même pas original, il est juste hypnotique et touche à son but: être apprécié, car c’est du pur easy listening- le voir décliné en des tombées de versions dont le but est de vous mettre dans l’ambiance héroïque du jeu, et rien d’autre, finit par lasser. C’est dire, je n’ai même pas encore craqué sur un seul morceau qui puisse venir meubler mes playlist de musique d’ambiance pour partie de jeu de rôle, et pourtant , je suis fan des musiques qui claquent tels les étendarts au vent.

En fait, à part les variations du thème jazzy qui colle au personnage de couleur de l’histoire, et quelques thèmes très modernes des environnement de cité -un peu comme si la J-pop était devenu la musique d’ambiance des ascenseurs de ce monde- il n’y a au final simplement que de jolis morceaux à écouter d’une oreille distraite, qui rarement se sentira fatiguée de l’effort.

Comme pour des soucis de migraine, je ne peux pas vraiment jouer à ce jeu, qui est fortement déconseillé à tout épileptique -sauf si vous avez un humour spécial ou une propension à expérimenter des trucs idiots- il ne me reste donc plus qu’à aller voir les artbooks et les études graphiques de l’engin, du reste absolument pête tout et balaye après du visuel et du graphisme.

Mais -mamie inside- ce ne sera pas le FF capable de détrôner Final Fantasy VII, qui pourtant est si moche et pourri désormais que j’ai renoncé à me refaire une partie cette nuit…

… le monde est injuste…